La maison de jeunes L’atelier

L’identité de la maison de jeunes de Saint-Nicolas

L’Atelier est une Maison de Jeunes reconnue et agréée par la Fédération Wallonie Bruxelles.

Nous accueillons essentiellement des jeunes entre 12 et 26 ans. Nos objectifs sont centrés sur l’éducation et le développement de la citoyenneté. Nos missions consistent à co-construire avec les jeunes des outils qui les encouragent à devenir des citoyens critiques et solidaires désireux de s’impliquer dans la société.

La MJ souhaite être une porte ouverte sur le monde, un lieu de réflexion, un tremplin vers la participation sociale, économique et culturelle des jeunes ou des moins jeunes.

L’atelier est un lieu d’échanges, de partage d’idées, d’expression des vécus qui peuvent déboucher sur la construction de projets collectifs, innovants et diversifiés. C’est un espace d’expressions, qu’elles soient artistiques, politiques, sportives ou citoyennes,… qui défend des valeurs de respect, d’égalité, de partage. C’est un lieu d’éducation permanente participatif qui mise sur le pouvoir émancipateur des savoirs et la critique sociale.

Nous soutenons les jeunes qui le souhaitent dans la réalisation de leurs projets les plus fous.

 

L’histoire de L’atelier

Au départ, l’asbl fut fondée afin de répondre à une demande de plusieurs jeunes de la commune. Ceux-ci exprimaient le besoin d’un lieu permettant de découvrir, échanger, apprendre et expérimenter ensemble des pratiques artistiques, sportives ou culturelles sous la forme “d’ateliers”.  C’est donc tout naturellement que ce nom s’est imposé !

 

Un projet participatif

Les jeunes, accompagnés par des travailleurs sociaux de l’AMO le CIAJ active sur le territoire de Saint-Nicolas s’impliquèrent de plus en plus dans les ateliers et les projets. Les ateliers prirent de l’ampleur et de nouvelles demandes sont apparues comme des actions de revendications sur le racisme ou la place des jeunes dans la société .

C’est en 2008, avec quelques jeunes du quartier (Yassine, Samir, Abdel, Morgane, Tracy) que les travailleurs de l’AMO ont souhaité soutenir les jeunes dans la création de leur MJ. Ensemble, ils ont travaillé à la rédaction de la demande d’agrément. En 2009, la Maison de jeunes, véritable laboratoire citoyen du vivre ensemble, était agrée et nous engagions notre premier animateur-coordinateur : Jonathan.

 

Un, deux, trois, quatre déménagements

La MJ a alors ouvert ses portes dans un local situé rue des Bons-Buveur duquel nous avons déménagé pour aller quelques rues plus loin, rue Francisco Ferrer. En 2014, l’équipe s’est agrandie et nous avons accueilli 2 animatrices à temps plein. En 2015, Jonathan a souhaité se consacrer à d’autres projets artistiques et a quitté la Maison de jeunes.

C’est alors que Vanessa, à l’initiative de l’agrément de la MJ, reprend le flambeau et devient animatrice-coordinatrice.
A la recherche d’un lieu qui pourrait offrir aux jeunes et à l’équipe le confort nécessaire pour développer un max de projets, la MJ a redéménagé dans un local communal de transit situé rue Buraufosse, 111.

Depuis juillet 2017, la Maison de jeunes a pu intégrer des locaux communaux permanents, situés au 96 rue Florent Joannès dans le quartier du Pansy. L’ancienne école regroupe aujourd’hui plusieurs services communaux et associatifs : la maison de quartier du PCS, le comité de quartier du Pansy, la halte d’accueil itinérante “Bébé bus” et la ludothèque “Mille lieux de vie”.

L’équipe s’est aussi agrandie et compte aujourd’hui 4 animateurs en plus de la coordinatrice.

 

 

L’équipe de choc de la MJ

Vanessa Vandijck

Coordinatrice – animatrice de l’asbl L’atelier

Cassandra Delhalle

Animatrice

Laurence Legras

Animatrice

Benoît Lesage

Animateur

Marie Martin

Animatrice

 

 

 

  • Fun 96% 96%
  • Humour 86% 86%
  • Se prendre au sérieux 65% 65%
  • “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait” M.Twain 100% 100%

Le Conseil d'administration

Le conseil dadministration (CA) regroupe un certain nombre de membres élus (et révoqués) par l’assemblée générale (AG) qui gèrent l’association et la représentent vis-à-vis des tiers.

Le CA doit comporter un minimum de 3 administrateurs. Les administrateurs sont nommés par l’AG.

En Maison de Jeunes, le décret “Centre de Jeunes” oblige à ce que au moins un tiers des administrateurs ait moins de 26 ans. Nos statuts sont en cours de modification, nous vous présenterons notre nouveau conseil dadministration dans les prochaines semaines.

Si par ailleurs, vous souhaitez vous investir au sein de notre centre de jeune et du CA en particulier, n’hésitez pas à nous contacter.

L'assemblée générale

A venir, quelques mots sur notre Assemblée générale

Le conseils des jeunes

Obligation décrétale : Art3-al 5° : Assurer la participation active des jeunes à la gestion de l’association par la mise en place de structures de consultation et de décision permettant aux usagers de collaborer à la conception, la réalisation, la gestion et l’évaluation des actions de la Maison de jeunes. Art3 al 7° : organiser chaque année une réunion consultative à laquelle participe, s’il le souhaite tout jeune résidant dans sa zone d’action et des représentants d’associations qui y sont actives. Cette réunion a pour objectif d’assurer une ouverture de la Mj vers la population de sa zone d’action et une information sur ses activités.

Qu’est ce qu’un conseil de jeunes ?

  • Un organe consultatif de la Mj, mixte, avec un président et un secrétaire
  • Un organe réflexif et décisionnel sur des sujets tels que : les accueils, les projets, les activités ponctuelles, les problématiques sur lesquelles la MJ doit être attentive en fonction du public et des difficultés rencontrées par celui-ci sur un territoire défini, la recherche de subsides, les besoins matériels et administratifs
  • Un relais entre les jeunes et le conseil d’administration
  • Un lieu de réflexion sur la politique institutionnelle, la vision à long terme de la MJ, les grands défis de société (racisme, homophobie, emploi, scolarité, famille,…)
  • Un organe d’éducation populaire et d’émancipation
  • Un soutien à la MJ et au CA

Objectifs :

  • améliorer le service rendu par la MJ aux jeunes
  • être au plus proche des besoins des jeunes qui fréquentent le lieu
  • améliorer la qualité de vie des jeunes de façon plus large (faire remonter au niveau des instances supérieures et des fédérations la réalité vécue par les jeunes
  • donner son avis sur différents aspects de la vie de la MJ

Comment participer au CJ ?

  • Être candidat et motiver son désir d’être élu de manière convaincante et raisonnable
  • être élu

Quand ? Une réunion par mois (sauf situation exceptionnelle)

Composition : Les portes-paroles des accueils, des ateliers, les bénévoles, les porte-paroles des projets, certains représentants du CA. Les porte-paroles et leur suppléant sont élus au sein des accueils, des ateliers et des projets. Le PP doit être présent a chaque réunion (si pas suppléant). Des membres de l’équipe se charge de l’animation des réunions mais ne prennent pas part aux décisions sauf si elles vont à l’encontre du bon fonctionnement de la MJ et de ses missions.

Rôle des conseillers

  • consulter les jeunes dont ils sont le porte paroles pour les représenter lors du CJ
  • informer, après le CJ, les jeunes des informations données et des décisions prises

Le CJ dispose d’un budget qu’il gère en fonction des besoins et priorités constatés.

Les (belles) valeurs de l’atelier

Egalité

“Je = Tu. Tous les citoyens et toutes les citoyennes sont à égalité devant la Loi, mais aussi tous les humains, ici et ailleurs, ont le droit d’accéder à l’éducation, à la culture, à la santé, aux loisirs, au logement, à la nourriture, à une rémunération, à un traitement égalitaire entre hommes et femmes. L’égalité n’a rien à voir avec le fait d’être identique. La différence est un fait imposé par le réel, l’égalité est une exigence. C’est parce que nous sommes tous différents et toutes différentes que l’exigence d’égalité a un sens. C’est l’impatience face aux inégalités qui est centralement à l’origine des révolutions démocratiques, en lien étroit avec une aspiration forte à la liberté. L’égalité est appréhendée au premier chef comme une relation, une façon de faire société, de produire et de faire vivre le commun. Plus fondamentalement, c’est l’exigence de ne pas être soumis à un pouvoir ou de ne pas être enfermé dans un esclavage qui est au cœur de l’exigence d’égalité. Le désir de liberté fonde l’exigence d’égalité.” Mettre en oeuvre les intelligences citoyennes – une méthodologie de Majo Hansotte, Le Monde selon les femmes, 2013.

 

Solidarité

“Un monde commun. Ce quatrième repère est très important, car il renvoie à la fraternité, mais aussi à l’égalité : comment ne pas se replier égoïstement sur soi ? Comment apprendre à se mobiliser pour soutenir les personnes qui subissent des injustices ? Comment vivre avec les autres ? La solidarité implique aussi la redistribution des richesses et la défense d’une justice sociale pour tous et toutes. La solidarité est le pont entre liberté et égalité, soutenant leur articulation.” Mettre en oeuvre les intelligences citoyennes – une méthodologie de Majo Hansotte, Le Monde selon les femmes, 2013.

 

Liberté

“Des choix ouverts. La liberté, c’est notamment le droit pour toutes les personnes d’exprimer des avis et des opinions ; de vivre une liberté de conscience, de culte, d’association. C’est aussi la possibilité de poser des choix de vie individuels et collectifs, pour autant qu’ils n’entraînent pas, sur un plan sociétal ou public, politique ou institutionnel, un recul ou une destruction des principes démocratiques.” Le « principe liberté » est souvent le moins bien compris de tous les principes. La liberté ne prend sens qu’en interaction étroite avec les autres principes : on peut parler de« l’égaliberté ». La liberté implique le nécessaire respect des repères démocratiques et l’arbitrage des préférences personnelles ou collectives par les principes garants. Au nom de mes préférences personnelles, culturelles ou religieuses, je ne peux pas menacer l’égalité et la solidarité entre humains, entre hommes et femmes, par exemple.” Mettre en oeuvre les intelligences citoyennes – une méthodologie de Majo Hansotte, Le Monde selon les femmes, 2013.

 

 

Autonomie

“Auto-nomos : notre propre Loi. Autonomie ici ne veut pas dire indépendance personnelle, mais
désigne une intelligence collective : “Nous responsables”. L’autonomie s’oppose à l’hétéronomie.
Un premier repère essentiel en démocratie repose sur l’autonomie collective : pour organiser notre
vie ensemble sur cette terre, nous n’obéissons plus à des dogmes sacrés, à des lois divines, à des
lois monarchiques, nous construisons nos propres lois, avec les ressources de nos intelligences
croisées. Cet enjeu est loin d’être gagné, car les “autorités transcendantes” menacent en
permanence l’ordre démocratique : toute-puissance du Marché, de la Finance, des Médias, des
Religions, des Nations, des Communautés ou des Ethnies…” Mettre en œuvre les intelligences citoyennes – une méthodologie de Majo Hansotte, Majo Hansotte, Le Monde selon les femmes, 2013.

La pédagogie de la MJ

Transformation des injustices

Au niveau pédagogique, le travail au départ des injustices façonne notre identité et nous amène à nous investir dans des projets d’envergure en partenariat fort avec les jeunes. Ce processus de transformation des injustices, ce passage du “je” au “nous” via la réalisation d’actions, d’installations, de textes subversifs dans l’espace public est un réel moteur pour les jeunes et pour l’équipe. Il s’agit de cheminer vers une auto-émancipation, un partage de compétences propice au changement, à la transformation sociale.

 

Décloisonnement

Le décloisonnement via entre autre la rencontre d’autres mondes est une particularité développée intensément depuis 2015, notamment pour nourrir des projets tels que “Urban Mouv’”, l’écriture d’un recueil de textes de rap alimenté de critiques de sociologues, le projet “Barbarie” centré sur l’égalité filles-garçons, les stéréotypes, etc. Chaque action, projet mené est envisagé de façon transversale en tentant de faire continuellement des liens entre les différents ateliers.

 

Plaisir et pouvoir d’agir

Les réalités rencontrées par les jeunes sont au centre des attentions. L’équipe s’efforce de travailler de façon réflexive et en profondeur afin d’éviter de mettre des pansements sur des jambes de bois, pour donner la possibilité aux jeunes de se réapproprier les savoirs produits sur eux, de comprendre les enjeux sociétaux et pouvoir agir dessus. L’enthousiasme et le plaisir restent primordiaux et essentiels à l’acquisition de nouvelles compétences et aux dynamiques mises en œuvre.
Une Maison de Jeunes c’est aussi et surtout une micro société dans laquelle les jeunes peuvent s’impliquer et entreprendre des projets qui leur tiennent à cœur !

Pour en savoir davantage sur la pédagogie de notre projet, nous mettons notre plan quadriennal 2017-2020 complet à votre disposition

Les (fidèles) partenaires

FÉDÉRATION DES MAISONS DE JEUNES

Plan de cohésion sociale de Saint-Nicolas

Fédération Wallonie-Bruxelles

COMMUNE DE SAINT-NICOLAS

MAISON DE QUARTIER DE SAINT-NICOLAS

COMITÉ DE QUARTIER DU PANSY

LUDOTHÈQUE MILLE LIEUX DE VIE (AIGS)

AMO-CIAJ

OPEN ADO

RÉGIE DES QUARTIERS DE SAINT-NICOLAS

ÉCHEVINAT DE LA CULTURE ET DE L’ENVIRONNEMENT DE SAINT-NICOLAS

COLLECTIF MIXITÉ

CENTRE DE LA MARIONNETTE DE SAINT-NICOLAS

MAISON DE JEUNES LA BICOQUE

CENTRE COMMUNAL DES JEUNES DE JUPILLE

LA FOIRE DU LIVRE POLITIQUE

MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME

 

Participer, collaborer, questionner ?

Au delà des accueils, des ateliers artistiques récurrents, l’atelier est surtout ce que vous en ferez vous avec votre personnalité, vos envies, vos idées confrontées à la personnalité, aux envies et aux idées des autres dans la création de projets collectifs en tout genre.