Aperçu du projet

 

 

Le projet Recueil

La finalité de ce projet est d’éditer un livre, recueil de textes de rap, de réflexions citoyennes et de théories scientifiques. Chacun des thèmes abordés par les jeunes dans leurs productions fera l’objet d’une discussion avec un spécialiste qui rédigera un avis sur la question soulevée. Parallèlement, les jeunes proposeront un regard sur des ouvrages réalisés par ces mêmes intellectuels. Ce livre sera illustré par des photographies réalisées par les jeunes. Cette rencontre entre deux classes sociales se fera sur 4 thèmes : place de la femme dans la société, immigration, égalité des chances et des places et apports des rencontres décloisonnantes

Les origines du projet

Ce projet est le résultat d’un travail réflexif avec les jeunes, il représente un cheminement, un parcours vers la rencontre de l’Autre. Il est un aboutissement, celui de 3 années de travail, de confrontation et parfois d’incompréhensions. C’est pour briser les murs, être entendus par tous que les jeunes ont souhaité utiliser un média (le livre) accessible par d’autres “classes” et outil de diffusion privilégié par le monde intellectuel.

Il nous paraît essentiel de parcourir avec vous un détour historique pour comprendre la genèse de cette mobilisation des jeunes, cette envie d’apprivoiser le monde intellectuel, d’en comprendre les lectures et productions scientifiques. Ce projet ne sort pas d’un chapeau, il est né d’un clash, d’une rencontre ratée, d’un événement vécu comme une injustice. Suite à un petit concert de 4 morceaux réalisé par les jeunes rappeurs lors de la Foire du livre politique de Liège en novembre 2014, nous avons reçu un mail des organisateurs disant que plusieurs personnes, dont un sociologue de la région, avaient décrit les jeunes comme islamistes. Cette réponse, ressentie comme une violence par les jeunes, a suscité chez eux l’envie de proposer des rencontres avec des intellectuels pour discuter de l’image qu’ils renvoient, de l’image stéréotypée de l’islam dans la société. C’est dans ce cadre que nous avons eu la chance de rencontrer Marco Martiniello à l’Université de Liège.

La première rencontre, prise de contact, a été entrecoupée de textes chantés par les jeunes. À la fin de l’entretien, les jeunes ont demandé à Marco Martiniello d’écrire un texte de rap pour la prochaine rencontre. En échange, les jeunes lui ont proposé de leur transférer des articles écrits par lui et publiés dans des revues sociologiques. Ils se sont alors engagés à les lire et à en faire une critique.C’est la richesse de cette rencontre entre 2 mondes qui a impulsé ce projet d’écriture de livre, l’envie de décloisonner, de s’enrichir mutuellement.

Les conséquences sur les jeunes comme sur les intellectuels sont nombreuses : s’ouvrir à l’autre, déconstruire les préjugés, améliorer l’estime de soi, casser des barrières, apprivoiser, briser les a priori, bref miser sur la découverte de l’autre et non plus sur la peur.

décloissonnement

déconstruction

enrichissement

réflexion

cheminement

Projet d'écriture innovant

Le projet est lancé

Mondes

Thèmes

Ils parlent de nous

Dans la revue AIDE-mémoire publiée trimestriellement par les Territoires de la Mémoire (page 4), un article “Jeunes islamistes liégeois, non! Jeunes radicaux, peut-être!” relate les origines du projet.

Novembre 2014, Foire du Livre politique de Liège. On est à la Cité Miroir, lieu important du monde socioculturel liégeois. Invitée pour la seconde fois déjà à venir présenter le travail qu’elle réalise, la maison des jeunes de la commune de Saint Nicolas (MJ Saint Nicolas) dispose de son espace au milieu des stands de maisons d’édition, revues et associations à caractère militant et politique.”
Lire la suite de l’article de Gaëlle Henrard

 

Ils parlent de nous

Dans le magazine SWAP édité semestriellement par la FMJ (Fédération des Maisons de jeunes), le projet  Recueil ainsi que d’autres projets menés par la Maison de jeunes de saint-Nicolas sont évoqués.

 

 

Ils sont partenaires du projet

Méthodologie du projet

Une méthodologie

De façon transversale, l’attitude bienveillante et encourageante de l’équipe est une clé pour la réussite de ce projet. C’est aussi le processus entamé avec les jeunes, moteurs du projet, initiateurs de cette demande et le parcours de construction du projet qui nous permettront d’atteindre les objectifs. Les jeunes sont impliqués dans chaque étape du projet, ils le co-construisent avec nous, le vivent et le revendiquent.

Nous souhaitons également impliquer l’ensemble de nos partenaires et sensibiliser à notre réflexion nos élus communaux, communautaires et régionaux.

Les rencontres sous forme de table rondes, en petits comités permettront aux jeunes de se sentir à l’aise, de s’ouvrir, d’avoir une place et de la prendre. Les jeunes sont demandeurs de franchir les portes de l’université : “ en sortant comme ça, je pourrais dire que je sors de l’unif!”. Avoir une place, à un moment donné, le temps d’une rencontre dans cette institution dont ils se sentent tous éloignés semble leur apporter une certaine confiance, estime, reconnaissance dont ils souffrent souvent.

La méthodologie utilisée est essentielle : nous partons de la production des jeunes pour amener une réflexion. Nous partons de ce qu’ils connaissent, questionnent, vivent sans porter de jugement et en ouvrant simplement le débat à d’autres horizons, d’autres paroles, d’autres points de vue dont ils pourront se nourrir pour apprendre à se positionner. Il s’agit d’un appel à la discussion ensemble, de la sollicitation d’une rencontre entre 2 mondes, de la découverte des points de vue de chacun sur les problèmes sociétaux, de la mise en valeur de convergences, de similitude mais aussi de divergences dans les regards de classes sociales éloignées.

Le projet et la dynamique entamés avec les jeunes et les scientifiques ont fait également l’objet d’une recherche action dans le cadre du mémoire de Master en Ingénierie et Action Sociale de notre coordinatrice Vanessa Vandijck. Cette recherche entamée durant l’année académique 2014 -2015 a déjà produit de nombreux effets positifs sur la dynamique de travail avec les jeunes. Leur participation active à la rédaction d’un travail de fin d’études a représenté aussi pour eux un défi important et un moteur de changement.

Objectifs

  • Permettre aux jeunes d’avoir un retour réflexif sur leurs productions, d’être en contact avec le monde dit “intellectuel” et de s’ouvrir à la critique.

  • Permettre à la classe intellectuelle d’être en contact avec des jeunes réflexifs dans une relation de confiance. Leur permettre d’entendre la critique des jeunes, de l’alimenter pour leur donner la possibilité d’affiner leur regard sur le monde.

  • Permettre aux sociologues, politologues,… d’avoir une nouvelle ressource empirique, leur donner du “terrain” .

  • Rendre la parole rappée accessible au monde intellectuel et au grand public, en découvrir sa richesse, sa profondeur et en dévoiler la critique par un moyen audible pour tous.

  • Connecter deux mondes éloignés au départ et les décloisonner.

  • Porter ensemble, jeunes et scientifiques, une parole citoyenne argumentée.

  • Rendre accessible aux jeunes la parole intellectuelle, leur permettre de se l’approprier pour agir sur leur quotidien, faire des choix éclairés.

  • Améliorer l’estime de soi des jeunes, leur redonner confiance à travers la rencontre. Permettre à leur critique d’être légitimée.

  • Produire une réflexivité sur l’impact du véhicule de transmission sur le public : à qui s’adresse le rap ? à qui s’adressent les articles scientifiques ? comment sortir de “l’entre soi” ?

  • Collaborer, faire ensemble, jeunes et scientifiques.

  • Légitimer, donner une place à l’écriture rap et aux messages (critiques) qu’elle porte.

  • Donner une oreille attentive à la colère vécue par les jeunes, la transformer en un produit réflexif et subversif disponible pour le plus grand nombre dans l’espace public.

  • Partant de l’a priori que les jeunes seront attirés par le cd, nous espérons, en proposant un livre audio, qu’ils auront la curiosité de découvrir l’analyse des textes. Partant également de l’ a priori que les lecteurs seront peu intéressés par un cd de rap, nous espérons que l’apport théorique et analytique leur donnera envie de découvrir leur art.

  • Donner une voix aux “sans voix”.

  • Permettre aux jeunes de s’ouvrir, de comprendre, de sortir des préjugés.

 

Finalité

Produire un recueil de chansons râpées, des travaux de Barbarie ainsi qu’un CD des textes rappés agrémenté de questions sociologiques, d’analyses et de réflexions.